DMLA, cataracte, glaucome… Pour dépister ces maladies de l’œil, un bilan visuel s’impose dès 50 ans.

Bilan visuel: quel est l’intérêt?

Plusieurs maladies se développent à bas bruit. Les dépister tôt permet de mettre en place un traitement médicamenteux ou au laser.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) prive de la vision centrale. Elle empêche de lire, de conduire ou de regarder la télévision. C’est la première cause de cécité après 50 ans.

Le glaucome se caractérise par une destruction du nerf optique, le plus souvent causée par une hyperpression à l’intérieur de l’orbite. Cette pathologie constitue la seconde cause de cécité.

Enfin, la cataracte se manifeste par une baisse de l’acuité visuelle et l’impression d’être en permanence dans le brouillard. En cause: un cristallin devenu opaque.

Comment ça se passe?

L’ophtalmologiste mesure l’acuité visuelle et réalise une prise de tension oculaire, un examen du cristallin au microscope (pour détecter une cataracte), un fond d’oeil (pour dépister une DMLA), et une photo de la tête du nerf optique pour vérifier l’absence de glaucome.

Un bilan visuel à tout âge

À partir de 50 ans: C’est l’âge à partir duquel glaucome et DMLA doivent être dépistés. Pensez à un rendez-vous tous les 2 ans.

À partir de 60 ans: Accélérez la fréquence avec un bilan tous les ans. Une personne sur cinq est touchée par la cataracte à 65 ans.

À partir de 70 ans: Conservez le rendez-vous annuel. La fréquence des glaucomes s’accélère, 10 % de la population est alors touchée.

À tout âge: Consultez sans tarder si vous avez l’impression que votre champ visuel se rétrécit, que vous voyez flou ou que des lignes droites se déforment.